Le 03/08/2017

Bonjour à tous !

Aujourd’hui, nous sommes tristes d’avoir laissé nos amis derrière nous … À leurs réalités que nous savons bien plus difficiles que les nôtres…

Mais ces derniers jours ont été très riches ! Dimanche, tous les jeunes ont souhaité aller dans la famille de leur jumeau pour y manger à midi.  Ils ont été accueillis comme des princes et princesses et ont pu ainsi découvrir de plus près les familles et les habitudes de leurs jumeaux. Les plus jeunes vivent tous dans le même quartier, à Coubalan. Ils se sont donc retrouvé l’après-midi pour découvrir ensemble le village. Plein de souvenirs et une vraie victoire pour les jeunes qui étaient réticents, avant d’accepter l’invitation de leurs jumeaux, et qui sont rentrés enchantés de leur journée.
Lundi, nous sommes allés tous ensemble à la case de santé de Niandame en rassemblant autour de nous les habitants des différents villages que nous avons traversés pour planter des citronniers et sensibiliser la population locale à l’importance du reboisement. Cette plantation permettra également aux malades de la case de santé d’avoir de l’ombre et de vendre les citrons pour un petit revenu supplémentaire.
Mardi, nous avons terminé tous les chantiers en cours ! La fresque est finie, l’école primaire est repeinte, les collégiens de Coubalan ont un mobilier remis en état, les enfants de l’école maternelle ont de nouveaux supports pédagogiques en bois ! Missions accomplies !
Mercredi, pour terminer ces semaines d’animation du centre de loisirs, nous avons organisé une kermesse où 70 enfants du village ont participé. Un moment très sympa qui s’est terminé par la remise de petits cadeaux aux enfants.

Lors des dernières soirées, nous avons profité un maximum de nos amis et de leur culture autour du feu, des chants et des danses !
Hier soir et ce matin, l’émotion a été très grande autour de notre départ.

En ce moment, nous sommes sur le ferry qui nous emmène à Dakar. Demain, rendez-vous sur l’île de Goré pour nous rendre compte de l’impact des siècles d’esclavage du peuple Sénégalais et de l’Afrique…

Le 29/7/2017

Saafoule tout le monde ! (Autre manière de dire bonjour)

Ici tout continue paisiblement. Les liens se renforcent, les groupes se font, se défont, se mixent. L’échange avec nos amis Sénégalais est de plus en plus intéressant au fur et à mesure que nous comprenons nos différences et nos points communs.

Ces derniers jours, nous avons fini deux chantiers ! La peinture de la case de santé de Djiguinoum et la peinture de fresque de l’école maternelle de Djilakoune. Le résultat est à la hauteur de l’investissement des jeunes sur ces chantiers : excellent ! Les autres chantiers avancent et comme nous avons des bras de libre, nous en avons commencé deux autres : la peinture des murs extérieurs de l’école primaire de Djilakoune et un atelier de découpe de lettres en bois pour faire des supports pédagogiques pour les deux écoles de Djilakoune.

Ces deux jours derniers, nos après-midi se sont consacrés à la pratique du Batik sur des t-shirt pour l’association. Chacun des jumeaux, Français et Sénégalais, a pu également repartir avec sa création. Le soir, nous avons débattu sur les différences qu’il y a entre nos deux sociétés. Aujourd’hui, nous sommes à Ziginchorre pour faire nos petits achats souvenirs. En arrivant dans la grande ville, nous nous rendons compte que nous sommes vraiment heureux d’être hébergés et de vivre à Djilakoune !

Ce soir, si tout se passe comme prévu, nous irons manger au bord du fleuve Cassamance, autour d’un feu de camp.

Le 25/7/2017

Cassoumaï ! (Le bonjour en « Djiola », l’ethnie que nous côtoyons tous les jours, littéralement traduit ce serait : « La paix est sur toi »).

Ces deux derniers jours, nous continuons les chantiers ! Ils avancent bien.
L’équipe faisant de la menuiserie au collège de Coubalan a refait 15 bureaux, montés à partir de vieux bureaux stockés dans une salle du collège.
Le mur de la fresque de l’école maternelle est complétement recouvert de peinture et les jeunes ont commencé à remplir les espaces blancs de différents dessins représentant des chiffres, des lettres et des pictogrammes de ce que les enfants doivent faire tous les jours (se brosser les dents, se laver les mains, etc.).
A la case de santé de Djiguinoume, la peinture a commencé après deux jours de ponçage !
Et au centre de loisirs, nous animons un groupe de 80 enfants ! Les habitudes commencent à être prises et les enfants les plus petits n’ont plus peur des « Louloum » (les blancs).

Sur le camp, la vie continue ! On comprend tous les jours un peu mieux les coutumes Djiola. Le bois sacré, les danses, les chants, les rapports humains, les difficultés et le reste … C’est vraiment intéressant !

Hier soir, nous avons vécu un gros orage, l’impression d’un épisode cévenol au milieu de la jungle ! Les températures étant quand même très hautes, cette pluie n’a pas empêché certains jeunes de jouer au foot en dessous ! Pour la soirée, nous avons mangé des Fatayas (ça nous a rappelé le repas Sénégalais qui a eu lieu à St Jean du Gard), des beignets de banane et des chips à la crevette (à la chinoises, oui, oui !) pour marquer le coup pour les anniversaires de Tom, Janis et Valentin (nous avons regroupé tous les anniversaires du séjour le même jour). La pluie et l’heure tardive nous ont contraints à ne pas faire de veillée, mais ce n’est que partie remise !

Cet après-midi, tournoi de foot entre l’école de Foot de Djilacoune petit, l’école de Foot de Djilacoune Grand, les jeunes des villages alentours et nous ! Nous avons vécu La ferveur des Sénégalais pour le Football, comme d’habitude avec des rires, des chants et des danses ! Même leur échauffement est rythmé !

Ce soir, nous allons regarder un film qui donnera lieu au questionnement et au débat mais dont nous ignorons pour le moment la thématique.

D’un point de vue général, les jeunes se sont tous très bien adaptés à la vie à Djilacoune. Les petites bêtes, le seau pour se laver, les moustiquaires pour dormir etc. sont bien peu de choses par rapport au bien-être que nous ressentons à prendre notre temps, donner de notre énergie et partager avec les jeunes Sénégalais et les gens du village.

Le 23/7/2017

Bonsoir à tous ! Ces derniers jours se sont partagés entre vie de groupe et chantiers. Nous avons commencé la fresque sur l’école maternelle qui représentera des animaux, des pictogrammes concernant l’hygiène des enfants, les chiffres et les lettres en français. Nous avons également commencé le chantier consistant à remettre en état des bureaux au collège de Coubalan. Le troisième chantier que nous avons commencé consiste à peindre la Case de santé du village de Djiguinoum. Et sur le dernier, nous nous occupons des enfants du village au centre de loisirs. Sur chacun de ces chantiers, les jeunes français et sénégalais travaillent main dans la main accompagnés par l’un des adultes du séjour.

L’après-midi se partage entre repos et activités en groupe : volley-ball, pétanque, balades, etc.

Un soir, nous avons vécu un débat sur l’une des réalités que rencontrent les jeunes filles : le mariage forcé. Après une introduction jouée par les jeunes sénégalais et quelques français, nous avons abordé le sujet et rapidement dévié sur la place de la femme dans nos sociétés respectives. Même si tous les jeunes n’ont pas participé à ce débat, tous ont entendu les difficultés que peuvent rencontrer les jeunes filles qui les entourent.

Hier soir, dans un registre très différent, nous avons joué tous ensemble !

Aujourd’hui , c’est dimanche et nous sommes allés au Cap Skiring situé à l’extrême ouest de la Casamance. Après deux heures de route sur les pistes du Sénégal, nous voilà arrivés sur une plage de sable blanc bordée de palmiers majestueux. Une eau à 27 degrés, un petit air frais et un soleil cuisant. Que du bonheur ! Pour couronner tout ça, certains jumeaux n’avaient jamais vu l’océan, leur joie communicative nous a beaucoup touché !

Ce soir, relâche ! On se repose pour recommencer les chantiers en forme dès demain !

Le 19/07/2017

Bonjour ! Nous sommes arrivés sans encombre au village ! Nous avons tous passé une bonne nuit sur le bateau. En arrivant au village de Djilakoune, nous avons été accueillis en musique et chants. Premier repas au camp et rencontres avec les jumeaux. Ça y est, on commence pour de vrai !

Le 18/7/2017

Bonjour ! Nous sommes bien arrivés à Dakar ! Tout le monde va bien et est heureux de ce voyage, malgré la fatigue de ces longues heures d’avion. Dakar est déjà une étape importante de notre voyage et nous permet de nous immerger presque en douceur en Afrique.
Nous attendons impatiemment notre arrivée à Djilakoune, mais avant ça, direction le port de Dakar pour embarquer ce soir dans le ferry qui nous emmènera jusqu’à Ziginchorre, dernière étape avant d’arriver au village.
Nous vous transmettrons des photos dès que possible ! A très bientôt !
Orian et toute l’équipe !